Share Button

vol_buste_DemarestLa Ville de Saumur déplore le vol d’un buste en bronze de très belle facture. Il s’agit du buste d’Ézéchiel Demarest (mort en 1878), qui fut maire de Bagneux pendant trente ans. Le bronze est l’œuvre d’Aimé Millet, un des grands sculpteurs français du XIXe siècle. L’incident a eu lieu mardi 13 mai. Une plainte pour vol a été déposée au commissariat de police de Saumur.

Le sculpteur Aimé Millet (1819-1891) a étudié à l’École royale de dessin (qui deviendra l’École nationale supérieure des arts décoratifs). En 1836, il est reçu premier à l’École des Beaux-arts de Paris. En 1840, il commence à produire ses premières sculptures.

Il est nommé  professeur à l’École des arts décoratifs en février 1870 ; il aura pour élèves notamment Louis Majorelle, Berthe Morisot, François Pompon… Il reçoit la légion d’honneur en 1859.

Certaines de ses œuvres sont parmi les plus célèbres de la statuaire monumentale du XIXe siècle.

Demarest_buste_faceLe monument funéraire qui était orné du buste en bronze  volé est le tombeau d’Ézéchiel Demarest (mort en 1878), qui fut maire de Bagneux pendant trente ans.

Ézéchiel Demarest est issu d’une famille de teinturiers et filateurs normands. Il fut président à Saumur de la Conférence Saint-Vincent de Paul, et a contribué à ce titre à la création d’un fourneau économique qui fournissait des repas aux familles indigentes (50 000 repas rien que pour l’année 1857 !).

Ézéchiel Demarest fut très apprécié comme maire de Bagneux. C’est à lui que l’on doit le déplacement du centre de gravité du bourg de Bagneux, depuis les bords du Thouet jusqu’à son emplacement actuel autour de l’église reconstruite dans les années 1860.

Le jour de ses obsèques, le 15 septembre 1878, l’ancien maire de Saumur, ancien ministre de l’agriculture et du commerce, Charles Louvet, fit un discours. Un an après, le 27 octobre 1879, un buste à sa mémoire est inauguré. Une réplique de ce buste qui se trouvait sur son tombeau, est toujours visible dans la mairie de Bagneux.

Ce buste en bronze fut élevé à la suite d’une souscription, grâce au dévouement du R. P. Pujo, aumônier au 2e bataillon du 29e Mobiles, et au concours du capitaine Hérard et du docteur Bouchard, ce dernier étant le médecin attitré des sociétés de secours mutuel de Saumur. Une brochure de 80 pages, publiée en 1880,  fut spécialement éditée à cette occasion. On y trouve notamment un poème écrit à sa mémoire. Ces marques d’estime montrent combien le personnage était apprécié. Ce fut aussi un valeureux soldat, s’engageant malgré son âge pendant la guerre de 1870-1871. Il fut incorporé comme caporal-infirmier au 2e bataillon du 29e Mobiles, où son courage et son dévouement firent l’admiration de tous.

(Historique Fabrice Masson – service Ville d’art et d’histoire, 2012)