Share Button

Mercredi 17 mai a été inaugurée la rue Jean-Paul Hugot, en hommage à celui qui fut Maire de Saumur de 1983 à 2001. Cette rue, l’ancienne rue d’Anjou, débute rue Rabelais et passe par le tunnel qui conduit au château de Saumur. Son fils Paul Hugot, entouré de ses proches, a assisté à la cérémonie.

Né le 2 avril 1948 à Fontenay-le-Comte et mort le 14 juillet 2013 à l’âge de 65 ans, Jean-Paul Hugot fut sénateur de Maine-et-Loire et maire de Saumur. Agrégé de Lettres Modernes et Docteur en Sciences du Langage, il exerçait comme Maître de Conférences à l’Université d’Angers.

Jean-Paul Hugot avait été élu maire de Saumur en 1983 sous la bannière du RPR. Il effectuera successivement trois mandats jusqu’en 2001. Il fut conseiller général du canton de Saumur-Sud de 1985 à 1988.

Il fut conseiller général du canton de Saumur-Sud de 1985 à 1988 et conseiller régional des pays de la Loire  de 1983 à 1986 et en 1992.

Il fut également brièvement député européen d’octobre 1988 à juillet 1989 (en tant que suivant de liste après la démission de Jean Lecanuet du Parlement européen)

Sénateur de Maine-et-Loire du 27 septembre 1992 à 2001, il sera notamment vice-président de la commission des Affaires culturelles.

Au titre de l’Association des Maires de France, il a aussi été Vice-président du conseil d’administration de l’AMF et Président de la commission  Culture-Patrimoine.

Jean-Paul Hugot a quitté la vie politique après les élections législatives de 2002 lorsque, dans le cadre d’une primaire à droite au 1er tour, il fut devancé par l’UDF Michel Piron.

Egalement, il fut membre fondateur de la Fondation du Patrimoine. En effet, en janvier 1994, Jean-Paul Hugot remet un rapport à Jacques Toubon, ministre de la Culture et de la Francophonie, intitulé « Conditions de création d’une fondation du patrimoine français » dans lequel il préconise la création d’une structure qui pourrait mobiliser les acteurs du secteur privé (entreprises et particulier) en faveur du patrimoine. C’est la loi qui a créé la Fondation du patrimoine le 2 juillet 1996, elle est même reconnue d’utilité publique par un décret du 18 avril 1997.

Il est également auteur du rapport « Espace naturels et paysagers » remis en 1994 à Michel Barnier.

Jean-Paul Hugot siégea, jusqu’à son départ du Sénat, au Conseil d’administration de la Fondation en qualité de représentant de la Haute Assemblée. Puis il fut membre de son Conseil d’orientation en tant que personnalité qualifiée jusqu’en 2012. C’est à son initiative que la délégation du Maine-et-Loire a vue le jour.

Aujourd’hui, la Fondation poursuit son œuvre en menant régulièrement des actions de sauvegarde du patrimoine.

Au niveau local, Jean-Paul Hugot a exercé les fonctions de Président du Pôle Touristique International du Saumurois, Président de l’Office Public des HLM de Saumur et Vice-président du Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine.

En parallèle à sa carrière politique, Jean-Paul Hugot avait été professeur de français au Lycée d’Etat de Saumur dans les années 70 (aujourd’hui Lycée Duplessis Mornay) avant de prendre un poste de maître de conférences à l’Université d’Angers.

Jean-Paul Hugot est décédé le 14 juillet 2013 à l’âge de 65 ans à la suite d’une chute. Il était atteint d’une maladie orpheline neurodégénérative.

 

La rue d’Anjou, rebaptisée rue Jean-Paul Hugot

La rue d’Anjou a été réalisée sous le mandat de Jean-Paul Hugot de 1995 à 2000.

A l’époque la ville cherchait une liaison directe à partir de la RD 947 vers les Hauts Quartiers. Une grande étude a été lancée pour trouver une voie franchissant le coteau. Il y avait bien la rue Chèvre mais trop éloignée et pentue. Le secteur du château à partir du Fenet fut le plus opportun et stratégique pour la ville. L’opération a alors été baptisée la « LULOC » (Liaison Urbaine Loire Coteau). La création de cet ouvrage important a permis une nouvelle desserte vers le château de Saumur, afin d’en simplifier l’accès et de désengorger le centre ville.

La nouvelle voie relie le quartier de Fenet et la rue du docteur Peton  et se présente ainsi :

  • Une voie montante à double sens de circulation, largeur 6,50ml, sur une longueur totale de 350ml avec une paroi de soutènement en terre armée sur 100ml environ. Sur ce tronçon, a été aménagé un trottoir dit panoramique, coté falaise, qui permet de découvrir la vieille ville adossée au coteau.
  • La construction d’un tunnel, en tranchée ouverte, a permis d’intégrer la voie au pied du château sur une longueur de 200ml environ. Le tunnel est éclairé, équipé de trottoirs et bandes cyclables de part et d’autres.
  • Au dessus du tunnel, les fortifications d’origine ont été reconstituées à l’aide du paysagement des abords du château, avec des immenses parois à fortes pentes défensives pour rappeler les cités défensives Vauban…

Ce projet assez « pharaonique » pour la ville, a suscité beaucoup de critiques à plusieurs degrés mais est devenu une voie structurante nécessaire au développement de la ville tout en favorisant les déplacements urbains en cœur de ville.