Share Button

ch 2L’école nationale d’équitation de Saumur accueille le concours international de dressage de Saumur (CDI***) du jeudi 30 avril au dimanche 3 mai. Deuxième étape du Dress Tour de dressage en 2015, ce concours rassemble l’élite mondiale du dressage dans un site exceptionnel, haut lieu de l’équitation de tradition française caractérisé par la présence du Cadre noir de Saumur. L’élite mondiale des cavaliers de dressage.
Pour cette 13e édition du CDI***, organisé par l’Institut français du cheval et de l’équitation (Ifce) sur le site de l’Ecole nationale d’équitation, les meilleurs cavaliers mondiaux se déplacent à Saumur. Douze nations seront représentées dont les meilleurs mondiales (Allemagne, Pays-Bas, Grande-Bretagne…). La meilleure cavalière mondiale actuelle, la britannique Charlotte Dujardin (photo),  championne olympique (individuelle et par équipe) et du Monde en titre sera présente. Son homologue et entraîneur Carl Hester, champion olympique par équipe, sera également présent.  Les meilleurs cavaliers français ont confirmé leur présence, notamment Jessica Michel et Marc Boblet.

Les jeunes et les poneys avec les « champions »
Une particularité appréciée de tous les cavaliers, ce Concours international de Saumur permet à toutes les générations de se côtoyer sur le même concours international. Au programme de ce concours, des épreuves pour des cavaliers âgés de 12 à 16 ans, avec des poneys, mais aussi sur des chevaux pour une catégorie « children » (12 à 14 ans). Les épreuves juniors (14 à 18 ans) et jeunes cavaliers (18 à 21 ans), permettent à ces sportifs de s’affronter en individuel et par équipes lors de la Coupe des nations. Des épreuves sont également organisées dans une classification pour les moins de 25 ans. Un village d’exposants s’installe autour de la carrière d’honneur, permettant aux cavaliers et au public de faire ses achats et d’assister au spectacle avec les reprises de dressage de haut niveau. Entrée gratuite et restauration sur place.  Plus d’infos sur www.cadrenoir.fr      

Crédit photo Alain Laurioux.