Share Button

rond pointLe rond point de la gare, officiellement nommée place de la Résistance, s’enorgueillit depuis quelques jours d’une oeuvre d’art. Nommée Échappée, la structure se présente comme une grande cage dont le prisonnier aurait tordu les barreaux pour se faire la belle.

L’art des ronds-points est parfois surprenant, toujours en questionnement, il interroge le passant ou l’automobiliste. Sur le rond point de la gare, il se joue des mots en proposant sur cette place de la Résistance une oeuvre intitulée Échappée, pour nous rappeler que résister s’est justement échapper aux convenances ou à l’oppression.

Pour rond point 2son concepteur, “Échapée vient remuer un imaginaire collectif tel un cauchemar ou un conte dont l’histoire ressurgirait au détour d’un carrefour.” L’espacement entre les barreaux, la manière dont ils sont tordus, laisse imaginer un prisonnier d’une taille surhumaine et d’une puissance démesurée, qui rode maintenant dans la ville.

Cette structure, réalisée par Jonathan Loppin, a remporté en 2007 le prix de la Ville de Saumur dans le cadre du festival Les Ronds-points de Novembre. Un premier projet d’installation en 2008 ne s’est pas concrétisé. Aujourd’hui, elle vient de trouver sa place dans le cadre d’un aménagement global du site. L’oeuvre prend place dans un environnement de blocs de schistes et de graminées. Le terre-plein qui sépare les deux voies au dessus du pont SNCF vient également d’être planté.