Share Button

restauration dorureLe théâtre, le plus impressionnant se déroule à l’intérieur ! Alors que les ouvriers s’activent pour terminer la toiture sous un soleil éclatant, d’autres corps de métier travaillent dans l’ombre comme les restaurateurs des peintures et dorures.  Deux entreprises de la région parisienne œuvrent pour redonner son éclat à la grande salle de spectacle.

Située au cœur du bâtiment, la grande salle qui accueillera les spectateurs n’est encore à l’heure actuelle, pour le profane, qu’un incroyable fouillis de barres de métal soutenant des échafaudages.  Pourtant,  éclairés par des projecteurs, quelques ouvriers s’activent. Tout en haut, le nez collé à la toile de ciel, Pascal Rouanet de l’Atelier de Restauration et Conservation des Objets d’Art (ARCOA) procède aux derniers ajustements. La Toile de ciel, déposé il y a 6 mois, a fait l’objet d’une restauration dans les ateliers parisiens de l’entreprise avant de retrouver sa place à la mi juillet.  D’une surface de 110 m2, elle se compose de 12 laies qui ont été démontés, nettoyés et consolidés avant de recevoir des retouches picturales.

L’œuvre date de 1941 et a été réalisée à la gouache par un artiste angevin, René Rabault. Ce dernier n’est autre que le créateur du festival d’Angers, devenu aujourd’hui le festival d’Anjou.

restautation toile cielciel

 

En la démontant, les restaurateurs ont découvert quelques traces d’un décor plus ancien mais la toile de ciel d’origine a été détruite par des bombardements et ce sont les Allemands qui ont engagé la commande d’une nouvelle pièce.

Quelques échafaudages plus bas, c’est l’atelier Gohard qui intervient sur la restauration des dorures. Beaucoup ne sont pas à la feuille d’or mais réalisées en bronzine, une poudre métallique utilisée au XIXe siècle et au début du XXe pour imiter l’or. L’équipe intervient, là aussi, pour nettoyer le support, appliquer des ajouts sur les parties qui ont perdu leur dorure, puis patiner l’ajout pour fondre la restauration avec les parties non retouchées. Le travail est minutieux et il faut s’armer de patience.

La restauration des peintures et dorures devrait s’achever en novembre et alors la salle pourra accueillir un autre corps de métier pour l’installation des fauteuils. A cette étape du chantier, il ne sera plus possible de voir de près le travail des restaurateurs mais seulement de l’admirer du parterre et des balcons.

statue   dorure