Share Button

1 (1)Le préfet de Maine-et-Loire, François Burdeyon, avait choisi Saumur pour la cérémonie départementale d’hommage aux harkis. Jean-Michel Marchand, le maire de Saumur, l’a accueilli peu avant 11 heures hier jeudi.

Devant le monument aux Morts de la place de la République, le préfet a lu le message du secrétaire d’État aux anciens combattants et de la Mémoire, Kader Arif :” … En ce jour, nous nous souvenons du destin dramatique des anciens supplétifs et de leurs familles. Nous nous souvenons de ceux qui ont payé de leur vie leur engagement pour la France. Nous nous souvenons des familles déchirées, abandonnées, massacrées parfois. Nous nous souvenons du déracinement de ces milliers d’hommes, de femmes, d’enfants rapatriés à la hâte et des conditions indignes dans lesquelles ils ont été accueillis. Nous nous souvenons que pendant trop longtemps cette histoire a été tue… Vous avez bien mérité de la Patrie.”

002“Foi en la France”

Dans la salle des Mariages, le maire a quant a lui déclaré : Ces hommes firent face durant la guerre fratricide que fut, pour eux, la guerre d’Algérie, restant indéfectiblement fidèles à la France jusque dans l’adversité la plus tragique. Français de cœur, enfants de la patrie comme les autres, les harkis nous ont montré leur courage et leur foi en la France. Ils peuvent en être fiers. La fin des combats ne marque pas pourtant la fin de leurs souffrances. Je pense avec une très grande émotion, tristesse et douleur, aux milliers d’entre eux abandonnés en Algérie, sans arme et seuls face à leurs frères ennemis qui allaient devenir leurs bourreaux. Je pense aux milliers d’autres qui allaient connaître l’exil, abandonnant leur terre natale, parfois leur famille. Ils traversèrent la Méditerranée pour commencer une nouvelle vie dans une France qu’ils ne connaissaient pas, ne les attendait pas, voire n’en voulait pas.”

Hommage à Hervé Gourdel

gourdelJean-Michel Marchand a aussi souhaiter rendre hommage à Hervé Gourdel, lâchement assassiné la veille par les “Soldats du califat”, un groupe islamiste algérien ayant fait allégeance à l’EI.“… Cette commémoration est placée sous un jour particulier et nous avons une pensée pour notre compatriote Hervé Gourdel, lâchement assassiné par des criminels sanguinaires. Une pensée faite d’effroi et de compassion. Effroi devant cette cruauté cynique qui n’a pour but que faire régner la terreur. Cela nous rappelle de bien sinistre souvenir : les fusillés du Breil dont nous honorons la mémoire chaque année au mois d’août. Compassion devant le martyre de cet homme, otage innocent, cela aurait pu être n’importe lequel d’entre nous. Nous pensons à sa famille, à ses amis.

Nous pensons aussi à la France, à ses engagements, pour soulager les populations victimes de tragédies qui les dépassent et à son combat pour la paix et la démocratie. Je vous demande d’observer une minute de silence en hommage à Hervé Gourdel.”

Quasi à la même heure, François Hollande annonçait  en conseil des ministres la mise en berne des drapeaux en France pour trois jours, ce qui avait été fait dès le matin à Saumur.