Share Button

DSC_8087LDSC_8088es obsèques de Jean-Paul Hugot, sénateur-maire de Saumur de 1983 à 2001, viennent de s’achever à l’église Saint-Nicolas.

L’office religieux était célébré par le père Régis Bompérin. Conformément à la volonté de la famille, seul Michel Apchin à pris la parole. Très ému, le maire a rendu hommage au grand homme qu’était Jean-Paul Hugot.

L’intégralité de l’éloge :DSC_8098

“Jean-Paul, Mon ami,

Saumur est triste !

La terrible nouvelle de ton départ, si brutal, pour une autre vie a frappé le cœur des Saumurois d’un désarroi et d’une peine immenses, vite outrepassés par une sincère émotion populaire portée par l’empathie profonde que tu inspirais naturellement à tous, par ton sourire amical, par ton intelligence, ton brio, et ta grande courtoisie.

Nos pensées vont d’abord vers ta famille. Vers vous, Marie-Christine et Flora, vers ta maman, tes frères et sœurs, et bien sûr vers toi mon cher Paul, vers ton épouse Agnès et vos enfants Alexandre et Pauline. Permettez-moi, au nom du Conseil municipal, au nom de l’ensemble des élus de la Communauté d’agglomération, au nom de tous les Saumurois, de vous exprimer le témoignage de notre profond chagrin et de notre très amical et fidèle soutien.

DSC_8084DSC_8099

 

 

 

 

 

 

 

Cher Jean-Paul,

Par ta compétence, ta ténacité, ton élégance, ton sens politique et l’amour de ta ville à laquelle tu as consacré jour après jour 18 années de ta vie, tu as profondément marqué notre cité. Saumur pleure ton absence, toi qui fus sans doute le maire le plus attachant de sa longue histoire, toi qui as su la transformer, la développer et l’embellir.

Né vendéen le 2 avril 1948, fils d’un père trop tôt disparu en Algérie au service de la France, pupille de la Nation, tu as su dès ton plus jeune âge t’accrocher pour franchir avec succès les étapes de la vie et devenir le brillant universitaire que nous avons connu. Professeur de français, maître de conférences à l’Université d’Angers, docteur en linguistique, tu savais comme nul autre manier la langue française. Grand amoureux du patrimoine, ta culture artistique et littéraire était sans pareille. Parallèlement, tu as gravi un à un les échelons politiques vers des responsabilités de haut niveau, en évitant les chausse-trappes dont est semé ce genre de parcours, et en affirmant avec détermination tes convictions politiques d’homme de droite, sincère, humaniste et respectueux des autres. Tu étais devenu l’homme lettré et le responsable public qui suscitait le respect et l’admiration de tous, y compris de tes opposants. Elu Maire de Saumur en 1983 (tu n’avais que 35 ans), tu l’es resté sans discontinuer jusqu’en 2001. Président du District urbain de Saumur de 1983 à 2000, tu as été l’initiateur, puis le Président fondateur de la Communauté d’agglomération Saumur Loire Développement, née le 1er janvier 2001. Tu fus également Conseiller général, Conseiller régional des Pays de la Loire, Député au Parlement européen et élu en 1992 au Sénat, où tu occupas la prestigieuse fonction de vice-président de la Commission des Affaires culturelles.

Longtemps secrétaire départemental du RPR, ton engagement politique fut exemplaire, en cela que tu es resté fidèle à tes convictions, fidèle au Président Chirac qui t’en a remercié par une visite officielle à Saumur en 1998, et surtout fidèle à ta Ville et à ton constant engagement d’améliorer les conditions de vie, de travail, de loisirs et d’accès à la culture des Saumurois.

Cher Jean-Paul, tu aimais te définir comme un élu de proximité au service de ses concitoyens. Accessible, disponible, très attentif aux autres, tu as travaillé sans relâche pendant près de 20 ans pour ta Ville, cette Ville dont tu disais qu’elle était le troisième pied de l’Anjou. Un troisième pied indispensable au bon équilibre du département.

Puissent aujourd’hui les Saumurois t’en être reconnaissants !

Puissent-ils, par ma voix, t’en remercier avec émotion et amitié !

Nombreux furent les grands travaux entrepris sous ton autorité. La mémoire des hommes est fugace, aussi en rappellerai-je quelques uns, parmi les plus marquants :

  • La liaison urbaine Loire Coteau par la rue d’Anjou et le tunnel
  • La maison Antoine Cristal pour personnes âgées dépendantes
  • La construction du nouvel hôpital
  • La réhabilitation du quartier du Fenêt
  • La restauration de l’aile sud du château, l’aménagement des fossés et la passerelle
  • La restauration de plusieurs églises, dont celle où nous sommes
  • La piscine du Val de Thouet
  • La médiathèque

et bien d’autres…

Grâce à toi, grâce à ton action déterminée, Saumur s’est départie de sa légendaire torpeur pour entrer avec élan, à l’instar d’un cheval fringant, dans le XXIe siècle.

Homme politique, homme d’action, tu étais aussi, et peut-être surtout, un homme de culture. Qui pourrait oublier la passion que tu vouais à notre patrimoine historique, toi qui fus la cheville ouvrière de la création, en 1996, de la Fondation du patrimoine, reconnue d’utilité publique, pour encourager et aider l’entretien du patrimoine public et privé.

Tu as rénové les archives municipales, installé l’école municipale de musique. Pour les jeunes, tu as inventé la Scoope. Pour les sportifs, tu as construit la piscine du Val de Thouet, la base nautique de Millocheau, le centre tennistique de Bagneux, le golf de St Hilaire… Pour les amoureux du cheval, tu as créé le Comité équestre de Saumur et incité au déroulement à Saumur d’épreuves d’équitation de niveau international. Tu as planté aux abords de l’autoroute la statue Art’Cheval, ce superbe symbole de l’excellence équestre de Saumur. Tu as parrainé la frégate Latouche-Tréville, ce bateau avec lequel se sont tissés au fil du temps des liens d’amitié très forts et qui depuis a accueilli à son bord nombre de Saumurois qui autrement n’auraient jamais pu mettre le pied sur un bâtiment de la Marine Nationale.

Pour valoriser le tourisme local, tu as créé le Pôle Touristique International de Saumur et sa région, le seul à l’intérieur des terres. Pour aider au développement des entreprises et de l’emploi, tu as aménagé ou agrandi des zones d’activité économique, installé la pépinière et construit des usines relais. La vie politique est dure. Après toutes ces années de travail acharné, elle s’est détournée de toi. Ingratitude ? Non, loi implacable de la démocratie ! Nous le savons, nous l’acceptons ! Fort heureusement, tes mérites ont été reconnus, et en 2002, tu as été nommé Chevalier dans l’ordre national de la Légion d’Honneur.

Jean-Paul,

dimanche dernier, ton parcours terrestre s’est arrêté. Brutalement ! Ce 14 juillet, jour de fête, est devenu un jour de deuil. Ton âme s’est envolée, et avec elle tes souffrances !

Là où tu es désormais, puisses-tu y trouver une belle bibliothèque et y fréquenter quelques-uns de ces grands auteurs à qui nous devons cette belle langue française que tu aimais tant, les Ronsard, Du Bellay, Montaigne, Molière, Voltaire, Lamartine, Baudelaire, Hugo, Balzac, Zola, Aragon, et tant d’autres. Et si la lecture te laisse un peu de temps, peut-être trouveras-tu une bonne canne à pêche. Chacun de nous gardera de toi de beaux et bons souvenirs, personnels ou publics. A chacun les siens. Mais par-dessus tout, chacun de nous conservera à jamais, au fond de ses yeux, l’image de ton sourire.

Adieu cher Jean-Paul.

Les Saumurois ne t’oublieront pas.”