Share Button

Suite à la découverte depuis le 2 décembre dernier de plusieurs foyers d’influenza aviaire hautement pathogène H5N8 dans des élevages du Sud-Ouest et de cas dans la faune sauvage, le ministère de l’agriculture a décidé de relever le niveau de risque vis à vis de la maladie, au niveau « élevé » sur l’ensemble du territoire national.

Cela se traduit pour le département du Maine-et-Loire par une extension à tout le département des mesures de biosécurité déjà applicables dans les élevages de volailles situés dans les « zones écologiques à risque particulier”, c’est à dire les zones humides.
Aucun cas d’influenza aviaire n’a été, pour le moment, détecté en Maine-et-Loire et rappelons que ce virus ne présente pas de risque pour l’homme.
Les principales mesures de biosécurité renforcées à mettre en œuvre sans délai sont :

– le confinement (ou la protection par des filets) des élevages non commerciaux (c’est à dire les basses-cours des particuliers) est obligatoire sans dérogation possible ;
– le confinement (ou la protection par des filets) des élevages commerciaux est également appliqué ; une dérogation est permise sous couvert de réduction des parcours et validation du plan de biosécurité par une visite du vétérinaire sanitaire 130 élevages sont concernés dans cette zone ;
– les rassemblements et expositions d’oiseaux restent autorisés aux seuls oiseaux d’ornement détenus et élevés de manière systématique en cage ;
– le transport et l’utilisation des appelants et les lâchers de pigeons sont interdits ;
– le transport et le lâcher de gibiers à plume sont interdits.

La DDPP de Maine-et-Loire se tient à disposition des éleveurs afin de répondre à toutes questions utiles.

Ce qu’il faut faire :