Share Button

intoxications Chaque année, le monoxyde de carbone est responsable de plus d’un millier d’intoxications et d’une centaine de décès. Le monoxyde de carbone est un gaz inodore et invisible, mais mortel. C’est une des premières causes de mort toxique accidentelle.

Lorsque les températures baissent, les risques d’intoxications au monoxyde de carbone augmentent mais des mesures préventives simples permettent de les éviter.

À l’approche de l’hiver, la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises et la Direction générale de la santé, l’Institut National de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) et l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) souhaitent rappeler les mesures simples à respecter pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone responsables d’une centaine de décès, chaque année.

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz invisible, inodore, et non irritant qui résulte d’une combustion incomplète du bois, de butane, de charbon, d’essence, de fuel, de gaz naturel, de pétrole ou de propane. L’utilisation d’appareils à combustion mal entretenus ou utilisés dans de mauvaises conditions présente un risque d’intoxication.

Les données collectées par l’InVS recensent 1 139 épisodes d’intoxication accidentelle domestique au CO signalés au système de surveillance en 2012. Ils ont impliqué 3 277 personnes. Huit sur 10 ont été transportées vers un service d’urgence hospitalier. Ces intoxications sont essentiellement survenues en présence de défauts d’aération du local associés à des installations de production de chauffage et d’eau chaude (chaudière, poêle ou chauffe-eau) présentant un défaut d’installation ou mal entretenues, notamment au niveau des conduits d’évacuation. Une intoxication sur 4 est due à un appareil non raccordé, le plus souvent utilisé de manière inappropriée : utilisation prolongée d’un chauffage mobile d’appoint ou fonctionnement dans un espace clos d’un groupe électrogène ou d’un brasero/barbecue.

Selon le premier bulletin de surveillance de l’InVS, entre le 1er septembre et le 1er octobre 2013, 56 signalements d’intoxication au monoxyde de carbone (CO) ont déjà été déclarés au système de surveillance exposant 164 personnes à des émanations de CO. Une personne est décédée à son domicile suite à l’exposition au CO produit par un chauffage mobile d’appoint.