Share Button

ruche La Ville de Saumur invite les apiculteurs à déclarer leurs ruches. En effet, la mortalité particulièrement élevée des abeilles et des pollinisateurs sauvages observée depuis plusieurs années, a conduit le ministère de l’agriculture à demander aux apiculteurs professionnels et amateurs de faire une déclaration annuelle de détention des ruches qu’ils possèdent.

Cette déclaration obligatoire permet d’identifier l’emplacement et le nombre  de ruches constituant chaque rucher. Elle permet à la direction départementale de la protection des populations de mettre en œuvre un système de veille sanitaire des élevages.

Cette déclaration est téléchargeable sur le site Internet « TéléRucher »  du ministère de l’agriculture et de l’agroalimentaire : http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr/demarches

Cette déclaration est obligatoire. Les apiculteurs qui n’ont pas Internet peuvent adresse leur déclaration papier au groupement de défense sanitaire de Maine-et-Loire (GDS49, La Quantinière, 49800 Trélazé) qui est chargée de réaliser la saisie de la déclaration. Un récépissé sera adressé en retour à l’apiculteur.

abeilles-dans-ruchePour réaliser la déclaration, il est impératif d’être en possession d’un numéro NAPI (numéro d’apiculteur à 8 chiffres délivrée par la DDPP) et un numéro d’identification. Ce dernier peut être :

– Le numéro SIRET si les produits de la ruche sont commercialisés. Ce numéro est délivré par la Chambre d’Agriculture de Maine-et-Loire (15 avenue Joxe, 49000 Angers).

– Le numéro NUMAGRIT, pour ceux qui ne relèvent pas du SIRET. Ce numéro est délivré par la Direction départementale de la protection des populations DDPP (Cité administrative, bâtiment P, 15 bis rue Dupetit-Thouars, 49047 Angers cedex 01).

Pour toute information complémentaire vous pouvez contacter, à la DDPP de Maine-et-Loire, Nathalie LAVALETTE, technicienne vétérinaire au 02 41 79 68 37 ou ddpp-spa@maine-et-loire.gouv.fr

Les apiculteurs professionnels ou amateurs doivent aussi faire une déclaration en mairie de Saumur, service développement durable.

Cette démarche est d’autant plus importante maintenant que le nombre de frelons asiatiques qui se nourrissent des abeilles, est en forte augmentation sur notre territoire.